Connaissez-vous les « Dernières nouvelles du front sexuel » ?

Inscription

Discrétion & Anonymat garantis !

Je m'inscris


Faites des rencontres extra-conjugales en toute discrétion !
Inscrivez-vous gratuitement et rejoignez les milliers de membres connectés près de chez vous !

catégorie : Culture

Connaissez-vous les « Dernières nouvelles du front sexuel » ?

Sex-friend ? Vajazzling ? Nyotaimori ? Mesdames, pensez-vous être à la page concernant les nouvelles tendances en matière de sexualité ? Tous les jours, nous sommes assaillies de conseils, de nouveaux concepts concernant notre sexualité sans forcément en maitriser les codes et subtilités. Heureusement, Ariane Bois, écrivaine et journaliste spécialiste de la presse féminine nous livre un décryptage fin, perspicace et très drôle de la sexualité contemporaine dans son 3ème ouvrage « Dernières nouvelles du front sexuel ». Pour vous, Gleeden.com a recueilli les confidences de l’auteure de ces 80 chroniques présentées à la manière des pages « vécu » des journaux féminins.

Ariane Bois, vous travaillez dans l’univers très enrichissant de la presse féminine depuis plus de 20 ans. Pour la rédaction de cet ouvrage, vous vous êtes recentrée sur un thème qui a véritablement le vent en poupe : la sexualité. Quelles étaient vos principales motivations pour écrire sur ce sujet ?

J’ai eu envie de parler d’un territoire intime, la sexualité, qui est de plus en plus dévoilé, sujet à des modes, des diktats, des injonctions diverses. Jamais le sexe n’a paru aussi libéré et pourtant jamais les normes sociales n’ont été aussi intrusives. Côté femmes, nous sommes soumises au culte de la jeunesse et de la minceur… Chez les hommes, le porno a apporté des inquiétudes sur la performance, la taille et l’endurance. Nous sommes en plein paradoxe : vous pouvez réaliser tous vos fantasmes, mais seulement si vous êtes beau, jeune, riche, urbain, valide, intelligent... Le sexe pour moi n’est qu’une métaphore parmi d’autres sur les relations homme- femme et un miroir de la société dans lequel nous vivons.



Le format des short-stories que vous avez adopté est un véritable exercice littéraire que vous maîtrisez à merveille. En quelques pages seulement, vous arrivez à nous transporter dans le quotidien de millions de couples où les notions de « baisse du désir », « usure du couple » et « infidélités » sont familières. Vous qui avez de l’expérience dans le domaine, quels conseils donneriez-vous à nos membres pour relancer la flamme du désir ?

Parler de la difficulté à faire vivre son désir pendant 10, 20, 30 ans ou même plus s’est imposé. Je confronte mes personnages à cette usure du désir et je les laisse utiliser les recettes telles qu’elles sont répétées dans les médias : le weekend- end bucolique, le petit régime, la visite au Sex-shop, les jeux de rôle, les cadeaux… et rien évidemment ne se passe comme prévu. A chaque fois, la chute surprend et déroute. Je me garderai bien de donner des conseils à vos membres ou à mes lecteurs/ lectrices. Mon but est de les amuser, de raconter des histoires autour de notre sexualité soit disant moderne et ses fiascos, de les faire réfléchir aussi. Vous savez, il suffit parfois d’une nouvelle rencontre pour que l’on regarde l’autre différemment et que le désir reparte de plus belle. Le plus grand organe sexuel, vous le savez, est … le cerveau !



Vous vous êtes largement inspirée des pages de témoignages des journaux féminins pour rédiger vos nouvelles. Avez-vous souhaité à travers vos personnages, mettre en garde les lecteurs sur la banalisation de certaines pratiques sexuelles qui étaient auparavant beaucoup plus marginales ?

Mes personnages osent tout ou presque mais c’est vrai, leurs coïts sont souvent des fiascos. Loin de moi l’idée d’introduire une morale quelconque dans ce texte, mais j’avais envie en effet de montrer l’envers du décor et le ridicule de certains de nos codes. La sexualité telle qu’on l’évoque dans les médias ressemble à un parc d’attractions au pays de l’orgasme roi. Qu’en est-il des conflits de pouvoir, de l’antagonisme homme- femme, des difficultés à rester amoureux, à s’épanouir avec des enfants, de l’impossibilité de parler du désir des vieux, des handicapés, de notre gêne à évoquer la sexualité avec des ados gavés d’images sur internet ? Si les hommes sont peu épargnés dans ces nouvelles, les femmes non plus. On voit les uns et les autres draguer lamentablement, échouer, tromper, essayer par tous les moyens, dont la chirurgie esthétique de paraître plus séduisant, avoir soif de pouvoir, succomber à des fantasmes cheap et caricaturaux mais même lorsqu’ils sont ridicules, ils restent attachants . Je les regarde avec tendresse comme des gens en guerre contre l’autre mais surtout contre eux-mêmes.



Mesdames ! Pour satisfaire votre curiosité affirmée, Gleeden.com vous offre sans plus attendre un extrait de cet ouvrage extrêmement divertissant et plein de vérité :

« Sa femme avait cours de Yoga. Tous les mardis et les jeudis à jouer les bretzels. Cela ne la rendait pas plus souple au lit, une vraie bûche ! […] A peine le temps de s’allonger sur le canapé, un bruit bizarre parvient à ses oreilles. Comme un chat coincé dans la porte. Il tente de fermer les paupières mais ce couinement l’agace. D’un coup de reins, il se relève, monte l’escalier. […] Arrivé sur le palier, arrêt brutal. Sa femme est allongée là, sur leur lit. Il ose un pas en avant et s’arrête instinctivement. Vêtue d’une simple petite culotte, tout son corps ondule comme une houle. […] On dirait une de ces filles qu’il mate sur le Net quand elle dort.
Désemparé, il regagne sa voiture et reste-là, à scruter la fenêtre. La prochaine fois, il passera un coup de fil avant. »

Ariane Bois