Découvrez les récits gagnants du concours d'écriture

Inscription

Discrétion & Anonymat garantis !

Je m'inscris


Faites des rencontres extra-conjugales en toute discrétion !
Inscrivez-vous gratuitement et rejoignez les milliers de membres connectés près de chez vous !

catégorie : Actualités

Découvrez les récits gagnants du concours d'écriture "Votre fantasme d'infidélité !" 1/2

Vous avez été très nombreux à participer au concours d'écriture inédit de Gleeden. Aujourd'hui, Gleeden vous propose de découvrir les récits gagnants... On vous prévient, c'est torride ! Bravo à tous !

Le fauteuil - par Conteur333

Je suis allongé sur le fauteuil du dentiste – par bonheur, c’est pour une visite de routine. Mon dentiste est une jeune femme charmante à la poitrine généreuse. Elle est derrière le fauteuil, penchée sur ma bouche, et sa blouse m’effleure le visage… Elle est en train de dire que tout va bien, tandis que mon nez est tout près de son sein droit. N'y tenant plus, j'ose un soudain mouvement de tête, et mon visage vient s'appuyer doucement mais fermement sur son sein. Elle se redresse vivement, un peu rougissante, mais elle ne dit rien – elle regarde vers mon pantalon, déformé à l’entrejambes par une bosse bien nette. Je n’en avais pas conscience… Nos regards se croisent et nous nous regardons quelques longues secondes sans mot dire. Puis elle défait les attaches du haut de sa blouse, reprend sa place derrière moi et se penche à nouveau. C'est bien délibérément que ses seins me caressent le visage. J'ose à présent lever une main… puis l’autre… J’ouvre sa blouse et j’empaume ses seins superbes, à peine voilés par un léger soutien-gorge.

Mes caresses déclenchent des soupirs approbateurs, alors ma bouche vient se saisir d’un mamelon qui saille à travers une très mince étoffe. Alors qu’elle soupire de plus en plus profondément, je sens ses mains tendues vers mon pantalon, qui défont ceintures et fermeture, puis caressent mon sexe à travers mon slip ! Ma bouche se crispe sur son sein, je mordille légèrement le mamelon offert. Elle pousse un Ah, puis plusieurs… Et soudain, elle s’arrache à mes lèvres et à mes mains, contourne le fauteuil et cette fois, c’est sur mon sexe qu’elle va se pencher ! Elle descend mon slip et ses lèvres enveloppent le gland qui jaillit. Sa bouche l’avale goulument, sa langue est un fouet doux et brûlant. Mes mains caressent sa nuque… Dans l’état d’excitation où je suis, où nous sommes, il ne faut que quelques instants à sa bouche et à ses doigts experts pour me faire jouir. Elle avale avec soin tout mon sperme… Puis elle se redresse, un doigt sur les lèvres. Nous nous reboutonnons – dans la salle d’attente, il y a d’autres patients, dont ma compagne… Nous nous quittons sans un mot, mais après une poignée de mains très prolongée.

Une balle perdue - par Valmn

Forte chaleur estivale sur ce parcours de golf. Malgré une jupette courte et un polo léger, les gouttes de sueur perlent. Jouer seule n’est pas le cas de figure que je préfère mais il y a peu de monde en ce jour de semaine et je prends du plaisir à taper la balle. Me voici mi-parcours, je joue particulièrement bien. La chaleur décontracte mes muscles et mon jeu est magique aujourd’hui. Mince, j’ai peut-être parlé un peu trop vite, mon drive est parti sur la gauche au milieu des arbres. Le sous-bois n’est pas si épais, je devrais pouvoir retrouver ma balle, rose qui plus est.

Je m’aventure dans ce sous-bois et soudain j’entends des craquements de l’autre côté. Visiblement, je ne suis pas la seule à m’être égarée et quelqu’un cherche sa balle. Je soulève des brindilles par ci par là mais ne vois rien. Puis j’entends une voix masculine : « je pense que j’ai trouvé ce que vous cherchez ! Une balle rose qui doit appartenir à une joueuse ! ». Je confirme que je cherchais une balle rose mais ne vois toujours pas le visage de l’inconnu qui s’est exprimé. Puis, les branches s’écartent et je découvre un homme d’une cinquantaine d’années, bronzé à souhait et d’allure sportive. Un large sourire apparait sur son visage : « une joueuse charmante qui plus est ! ». Ai-je rougi ? Peut-être. L’effet du compliment ou de la chaleur ?

Il s’approche et me tend ma balle. Un échange débute, « vous aussi cherchez votre balle ? », « vous jouez seul également ? », « quelle chaleur ! » et autres banalités. Il terminait le parcours de l’autre côté de ce groupement d’arbres mais me propose de se joindre à moi pour que l’on joue ensemble. J’accepte volontiers. Les coups s’enchainent, le bavardage est amical et facile. Une complicité s’installe rapidement. Et puis il envoie sa balle au milieu des arbres et nous partons à sa recherche. Au détour d’un arbre, nous nous frôlons, nous excusons, nous regardons, nous arrêtons yeux dans les yeux. Silence.

Il tend sa main droite vers mon visage, et la pose sur ma joue. Je le laisse faire et il s’approche, ses yeux passant de mes yeux à mes lèvres. Encore quelques centimètres et je sens son souffle sur ma bouche et bientôt ses lèvres fraîches caressent mes lèvres bouillantes. Sa main gauche se niche au creux de mes reins et nos souffles deviennent plus rapides. Encore quelques secondes et nos bouches se collent dans un élan frénétique. Nos corps se pressent l’un contre l’autre avec impatience et envie. Il lâche mes lèvres et instant et regarde autour de nous. A sa gauche, quelques mètres dégagés, des feuilles et de la mousse. « Viens ». Nous voici sur cette parcelle dégagée. Nos mains impatientes parcourent nos corps, notre souffle est rapide et chaud, comme ces frissons qui parcourent mon bas ventre devenu impatient. Ses mains descendent la fermeture éclair de ma jupe et les miennes déboutonnent son bermuda. Bientôt je sens ses doigts se glisser dans mon string blanc et caresser ma moiteur. Ma main droite s’active sur son sexe tendu au travers de son boxer dans un premier temps. La jupe et le bermuda sont vite au sol, suivent le boxer et le string. Il m’allonge sur ce tas de vêtements et positionne son corps chaud sur moi. Ses mains empoignent mes seins fermes dont les tétons sont dressés, son sexe se frotte sur mes cuisses puis sur mon bas ventre. J’écarte les jambes pour lui signifier que je l’attends. Il comprend, me regarde, sa bouche entre-ouverte effleurant mes lèvres, et glisse son sexe avec délicatesse et lenteur. Soupirs, souffles accélérés, sa langue est maintenant dans ma bouche et tout s’accélère. Mon bassin se soulève pour le sentir plus profondément. Il s’agenouille, relève mes jambes et me prend, lentement d’abord. Je sens toute la longueur de son sexe me pénétrer. J’adore, j’en redemande. Il augmente le rythme jusqu’à ne plus tenir et se retire pour répandre son sperme chaud sur mon ventre.

La réalité de la situation nous apparait soudain. Nous avions oublié que nous étions sur un parcours de golf. Nous nous regardons en rigolant. Il m’aide à me relever, va chercher la serviette de golf qu’il garde dans son sac et vient m’essuyer. Nous nous rhabillons rapidement et reprenons le jeu, avec beaucoup moins de concentration qu’avant. Un peu frustrés par la rapidité des évènements, nous décidons de nous retrouver chez moi après le parcours pour un moment plus calme et qui promet d’être encore plus chaud.

Voyage sensuel - par denn23

Un mois, c’est long, très long. 16h : assis dans le hall B de l’aéroport JFK, j’attends mon vol pour Roissy. Après un mois passé aux USA, j’ai hâte de retrouver ma chérie, un mois sans elle, c’est long, très long.

Enfin l’embarquement dans le 747. Une retardataire monte dans l’avion. Sa silhouette longue et fine de californienne bronzée, sa chevelure blonde, ses yeux bleus et son sourire attirent tous les regards masculins. Je pense : «elle est superbe, si seulement j’osais ?». Elle s’installe au milieu d’une rangée vide devant moi. L’avion décolle avec peu de passagers à bord. Que faire ? Ma moitié m’attend, mais cette inconnue m’attire, irrésistiblement… Prenant mon courage à deux mains, je vais m’assoir à côté d’elle : elle me sourit, c’est bon signe. Nous parlons, nous faisons connaissance. Après le repas, les lumières s’éteignent. Nous échangeons un baiser timide et nous demandons des couvertures à l’hôtesse. 22h : sous les couvertures, nos mains s’égarent et explorent. Nos baisers sont de plus en plus passionnés. La jolie californienne dégrafe le bouton de son jean me donnant ainsi accès à son mont de vénus épilé. La situation est excitante et frustrante, ma main ne peut pas accéder librement à son sexe trempé, sa main entoure mon sexe en érection, nos mouvements sont limités, nous n’osons pas enlever nos vêtements, certains passagers ne dorment pas ! La nuit passe pourtant rapidement dans ce mélange d’excitation sexuelle et de frustration. Moi qui ai beaucoup fantasmé sur le film « Emmanuelle », je vis une situation similaire, c’est fou, c’est dingue, cela n’arrive que dans les films normalement !

6h du matin : Roissy - à peine la porte de la chambre d’hôtel fermée, la belle blonde me dit : « d’abords, la douche », nos vêtements tombent, je la vois enfin nue ! Douchés, nus sur le lit, nous évacuons toute la frustration emmagasinée pendant la nuit. Nos mains caressent, nos bouches embrassent et lèchent. Elle me tend un préservatif, je suis en elle, elle est trempée. C’est bon, c’est fort. Notre plaisir est intense et rapide. Nous ne sommes pas rassasiés, la seconde fois, nous prenons notre temps, tendrement. 11h déjà, vite, vite, je me rhabille, un dernier baiser et je fonce prendre ma correspondance. Dans l’avion, je suis sur un nuage, je ne connais que son prénom…qui restera dans ma mémoire.

14h : à la sortie de l’avion, ma douce et tendre m’attend. «Comment s’est passé ton voyage ?» dit-elle. « Fatiguant ». « J’espère qu’il te reste quelques forces, un mois sans toi, c’est long, très long… ».

La suite des récits gagnants... la semaine prochaine !