Entretien avec Ondine Khayat, auteure du livre « Le Prince charmant est infidèle  »

Inscription

Discrétion & Anonymat garantis !

Je m'inscris


Faites des rencontres extra-conjugales en toute discrétion !
Inscrivez-vous gratuitement et rejoignez les milliers de membres connectés près de chez vous !

catégorie : Les interviews de Gleeden

Entretien avec Ondine Khayat, auteure du livre « Le Prince charmant est infidèle »

L'équipe Gleeden a eu le plaisir de poser quelques questions à Ondine Khayat, à l'occasion de la publication de son livre événement « Le Prince charmant est infidèle ». Découvrez vite ses réponses sans tabou !

« Le Prince charmant est infidèle » parle d’amour, d’infidélité, de liberté dans le couple et de recherche de soi… Autant de sujets qui sont plus que jamais d’actualité ! Comment l’idée de ce livre vous est-elle venue ?


Ondine Khayat : J’ai étudié la psychologie, et j’ai toujours été fascinée par les questions d’identité, par le fait d’être en capacité de se voir tel que l’on est. La sexualité et la séduction tiennent une grande place dans nos vies. La question n’est pas de les vivre à tout prix, mais de les prendre en compte. Il n’y a rien de pire que le refoulement. C’est à l’instant où l’on se questionne vraiment sur ce que l’on est, ce que l’on veut, ce que l’on ressent, qu’on peut peut-être commencer à naître à soi-même. Toutes ces questions me semblaient donc idéales pour écrire une comédie moderne et enlevée !


Dans « Le Prince charmant est infidèle », l’infidélité est au cœur de l’intrigue et des rebondissements qui animent le quotidien des personnages : pensez-vous que l’infidélité soit encore un sujet tabou de nos jours ? Ou pensez-vous qu’elle soit davantage acceptée et entrée dans les mœurs ?


O.K : Elle est sans doute davantage acceptée, parce que l’on se questionne plus ouvertement qu’avant sur ces questions. Néanmoins, un clivage demeure : on est soi romantique et fidèle, soit infidèle. Il me semble que nous sommes surtout des êtres multiples et complexes, et que la quête de soi, de son identité, de son bien-être ne saurait se réduire à des cases dans lesquelles nous serions rangés. Beaucoup de femmes continuent à rêver du prince charmant… mais il est parfois infidèle ! Et la princesse aussi…


Dans votre livre, on voit que l’infidélité peut être autant masculine que féminine, à travers les personnages de Ben et Cathy. Pendant longtemps, les incartades masculines ont été davantage pardonnées et acceptées que l’infidélité féminine : pensez-vous que ceci est en train d’évoluer ?


O.K : Oui, sans doute… Et ça passe par la reconquête par la femme de sa partie masculine, et par l’homme, de sa partie féminine. Nous devons comprendre qui nous sommes, quelles sont nos envies, nos préférences, et les assumer. La souffrance vient souvent du fait que des personnes qui ont envie de liberté se retrouvent en couple avec des personnes plus « monogames » dans leur conception de l’amour. C’est ce décalage, avec les tromperies et les mensonges qui l’accompagnent, qui créent inévitablement la rupture.


Sans bien sûr dévoiler l’intrigue de votre roman, on voit que l’infidélité tantôt éloigne et rassemble les personnages principaux. Pensez-vous que l’infidélité puisse être, dans certains cas, bénéfique au couple et à l’épanouissement de chacun ?


O.K : Tout dépend de la façon dont elle est vécue. Je ne pense pas que l’infidélité en tant que telle soit positive ou négative. C’est la manière de la vivre qui peut être transformateur. C’est ce que j’aime dans le personnage de Ben. A un moment donné, et sans trop en dire sur le roman, il va être contraint d’assumer son besoin d’avoir d’autres relations, et de s’en ouvrir à sa compagne. Comment va-t elle réagir ? Peut-on être aimé dans toutes les dimensions de notre être ? Peut-on aimer l’autre en acceptant de le laisser libre ? Et peut-on aimer plusieurs personnes ? Quand on voit qu’aujourd’hui, près d’un mariage sur deux se solde par un divorce, on se dit que de nouvelles manières d’aimer vont immanquablement voir le jour et que le plus important est d’être avant tout fidèle…à soi-même !