Etude : infidélité et réseaux sociaux

Inscription

Discrétion & Anonymat garantis !

Je m'inscris


Faites des rencontres extra-conjugales en toute discrétion !
Inscrivez-vous gratuitement et rejoignez les milliers de membres connectés près de chez vous !

catégorie : Chiffres-clés

Etude : infidélité et réseaux sociaux

Facebook, pomme de discorde ?

Conduite par Anik Ferron, sexologue et doctorante en psychologie à l’UQTR (Québec), l’étude révèle que Facebook peut jouer un rôle néfaste dans la vie de couple.

41 % des répondants sont jaloux à l’idée que leur conjoint(e) puisse entretenir des conversations avec des personnes du sexe opposé sur le réseau social. 40 % avouent surveiller le compte de leur moitié !

Une crainte qui serait fondée, car 30.5 % des répondants confient aussi avoir adopté un comportement de séduction au moins une fois avec un autre partenaire que le leur sur Internet.

Anik Ferron précise « «L’infidélité a toujours existé, mais […] Facebook agit comme un facilitant en la matière. Internet est accessible, facile et surtout, anonyme. […] c’est un moyen de combler un sentiment de solitude?». Un moyen oui, mais pas le meilleur pour trouver ou entretenir une relation extraconjugale, car « c’est un lieu propice pour savoir la vie de tout le monde » ajoute-elle.

Dans le cas d’une relation extraconjugale, mieux vaut privilégier des réseaux plus confidentiels, qui permettent aussi de rencontrer des personnes qui recherchent la même chose, et pour qui la discrétion est un élément essentiel.

* Sondage réalisé sur 573 personnes, hommes et femmes en couple âgés de 18 à 65 ans.