L’infidélité dans la littérature…

Inscription

Discrétion & Anonymat garantis !

Je m'inscris


Faites des rencontres extra-conjugales en toute discrétion !
Inscrivez-vous gratuitement et rejoignez les milliers de membres connectés près de chez vous !

catégorie : Culture

L’infidélité dans la littérature…

L’adultère fait partie de l’un des thèmes majeurs de la littérature, et ce depuis des siècles. De liaisons amoureuses interdites en conversations épistolaires clandestines, les intrigues littéraires ne manquent pas. Petit tour d’horizon du panel littéraire français… Pour le plus grand plaisir de Gleeden !

Depuis la nuit des temps, l’infidélité passionne. Les romans qui en font l’éloge comme celui de Choderlos de Laclos et ses Liaisons dangereuses, Le Rouge et le Noir de Stendhal, ou encore le fameux Madame Bovary de Flaubert étaient à l’époque fortement critiqués d’un point de vue moral. En effet, les lois blâment les amours illégitimes que la littérature exalte. Mais alors, quel est le secret de cette littérature pour séduire autant de lecteurs? Peut-être qu’ainsi, leur imaginaire d’aventure et de transgression se développe? Peut-être que leurs fantasmes les plus enfouis voient le jour grâce à ces lectures… En les mettant à la lumière, la littérature permet en quelque sorte leur réalisation… virtuelle !

Prenons pour exemple Madame Bovary, un récit qui se résume en une phrase selon son auteur : « L’histoire d'une jeune provinciale que ses rêveries, un mariage insipide et l'ennui conduisent à l'adultère ». Ce personnage d’Emma, épris d’un idéal romantique, veut connaitre la passion, vivre pleinement ses émotions. Elle est totalement consciente que son mari, Charles, personnage mou et loquace, ne pourra jamais lui apporter toutes les satisfactions dont elle rêve. Flaubert aborde des sujets aujourd’hui encore d’actualité, comme l’importante incommunicabilité du couple qui, aussi surprenante soit-elle, ne se manifeste par aucune dispute ni aucun conflit déclaré. Il est clair que l’envie que l’on a de dévorer ce roman vient en partie de cette passion clandestine et si excitante que nous procure l’auteur en insistant sur la description de chacun des sentiments, chacun des moments vécus par son héroïne à laquelle il se compare. En effet, lui aussi connaît la tristesse de vivre dans l'ennui, ne supporte pas la médiocrité et passera sa vie à chercher quelque chose d’exceptionnel. D'où sa phrase devenue célèbre : « Madame Bovary, c'est moi ».

« Pour les hommes, l’infidélité n’est pas l’inconstance » ; « On est heureux que par l'amour » ; « On s'ennuie de tout, mon ange, c'est une loi de la nature ; ce n'est pas ma faute » sont autant de citations du chef d’œuvre de Choderlos de Laclos : Les liaisons dangereuses. Publié en 1782, ce roman épistolaire connaît immédiatement un succès lié à l’époque au scandale que provoque son contenu. Il s'agit de la correspondance d'un groupe de personnages appartenant au milieu aristocratique. Les personnages principaux sont le vicomte de Valmont et la marquise de Merteuil, libertins, anciens amants, aux prises avec toute une stratégie de séduction.

Le Diable au corps de Raymond Radiguet est un roman de 1923 qui, lui aussi, provoqua un grand scandale dès sa publication. L’histoire est celle d’un jeune homme de seize ans (le narrateur) qui, en 1918 va connaître l’amour avec une femme plus âgée que lui et mariée à un soldat qui risque tous les jours sa vie au front. Marthe, la jeune femme infidèle, meurt laissant derrière elle un enfant qui s’avère être le fils du narrateur. Le mari de cette dernière, Jacques, ignorant tout de l’infidélité de sa femme, l’élèvera comme son propre fils. Un roman d’initiation qui nous amène à nous interroger sur les conséquences d’une infidélité. En écrivant ce roman, Raymond Radiguet s’est inspiré d’un des modèles littéraires français par excellence : La princesse de Clèves de Madame Lafayette, considéré comme le premier véritable roman français.

Mais alors, un lecteur serait-il intéressé par ces histoires si les personnages principaux n’avaient pas succombé à la tentation ? La vérité est que justement, ce qui nous passionne le plus provient de ce courage et de cette liberté qu’ont eu les protagonistes de vivre une vie pleine de désirs, d’envies, d’aventures et d’émotions intenses. On les admire pour leur façon de ne pas se contenter d’une vie médiocre, d’un quotidien insatisfaisant et de vouloir plus pour eux-mêmes. Cet imaginaire transgressif permet une évasion totale lors de la lecture, et comme beaucoup d’auteurs se sont reconnus dans leurs œuvres, beaucoup de Gleedeniens pourront également s’identifier.

Bonne lecture !