Les Liaisons Dangereuses : d’hier à aujourd’hui

Inscription

Discrétion & Anonymat garantis !

Je m'inscris


Faites des rencontres extra-conjugales en toute discrétion !
Inscrivez-vous gratuitement et rejoignez les milliers de membres connectés près de chez vous !

catégorie : Culture

Les Liaisons Dangereuses : d’hier à aujourd’hui

Vivant au 18ème siècle dans un univers aristocratique, déjà régi par les lois de la séduction et de l’apparence, Choderlos de Laclos a écrit un ouvrage tellement moderne que l’on peut encore s’y retrouver aujourd’hui. Entre codes sociaux proéminents et occupations mondaines, comment Choderlos de Laclos a-t-il introduit le libertinage et l’infidélité dans les mœurs de l’époque ?

Le roman de Laclos se consacre essentiellement aux relations entre les personnages à travers leurs écrits : ces êtres de papier se transforment alors en de véritables armes de séduction, d’amour ou de manipulation. Les personnages entretiennent des liens épistolaires en premier lieu, mais aussi des liens sentimentaux mêlant amour, jalousie, vengeance, parenté et amitié. Il inaugure ainsi ce jeu de masques et de mensonges qui fait la richesse de cette œuvre.

La plus grande prouesse de romancier consiste dans la combinaison et l’entrelacement des intrigues à travers de simples lettres. Ce moyen de communication est, à l’époque, aussi important qu’internet de nos jours. Les Liaisons Dangereuses constituent une succession de lettres d’amour, de séduction et parfois même de menaces échangées entre différents personnages. Selon Laclos, il aurait trouvé ces lettres dans les malles enfouies d’un vieux grenier ; une couverture qui lui permettait d’éviter la censure et d’écrire en toute liberté.

Le lecteur quant à lui est plongé dans un univers caché mais bel et bien existant du siècle des lumières. On parle ici de lumières tamisées, telle celle d’une bougie que l’on peut éteindre en un souffle. Le lecteur partage beaucoup de choses avec les deux libertins : du fait de son omniscience, il entre comme eux par effraction dans les correspondances intimes des personnages. Le lecteur alors peut se sentir complice de leurs actions, de leurs pensées. Quoi de mieux pour aider un lecteur anodin à se transformer en acteur avisé ? Laclos nous donne là, l’occasion de découvrir les joies de l’infidélité. Les héros du roman conservent tous, à leur manière, une part de mystère irréductible, qui les rend d’ailleurs d’autant plus fascinants et séduisants… Laclos choisit donc de laisser planer une totale ambiguïté sur ses personnages tout en dévoilant leur intimité. Le lecteur prend finalement autant de plaisir que les libertins à lire le récit de leurs exploits érotiques.

Dans la société aristocratique du 18ème siècle, on juge ses semblables selon les apparences et la réputation qu’ils ont, deux éléments qui codifient encore la société actuelle. Agissons-nous toujours sous le poids des exigences de notre société ? Beaucoup de femmes ne se sentent pas encore prêtes à braver les interdits. Pourtant, à en croire Laclos, l’infidélité et le libertinage étaient pratiqués avec beaucoup plus de légèreté lors des siècles précédents, toujours dans le secret bien-sûr. Aujourd’hui, plus besoin d’écrire de belles missives, internet rend la chose bien plus accessible, et en toute discrétion : Gleeden vous propose des rencontres extraconjugales avec des personnes à la recherche des mêmes choses que vous : une relation simple, libérée, éphémère et passionnelle.

Laclos disait « L’homme jouit du bonheur qu’il ressent, et la femme de celui qu’elle procure. Le plaisir de l’un est de satisfaire des désirs, celui de l’autre est surtout de les faire naître». Alors Mesdames, Messieurs, laissez-vous aller aux plaisirs de l’infidélité, comme l’ont fait les célèbres personnages de Laclos trois siècles auparavant… rien que ça !