Parle, je te dirai si tu es infidèle ! <br>Ou comment le ton de notre voix pourrait révéler notre infidélité...

Inscription

Discrétion & Anonymat garantis !

Je m'inscris


Faites des rencontres extra-conjugales en toute discrétion !
Inscrivez-vous gratuitement et rejoignez les milliers de membres connectés près de chez vous !

catégorie : Actualités

Parle, je te dirai si tu es infidèle !
Ou comment le ton de notre voix pourrait révéler notre infidélité...

L’infidélité est un sujet d’étude dans de nombreuses spécialités scientifiques. Selon une récente étude canadienne et écossaise, l’intonation de notre voix pourrait s’avérer déterminante dans notre vie amoureuse. Petite explication de Gleeden !

Cette récente étude menée par des chercheurs de l’Université McMaster, à Hamilton au Canada et par des chercheurs écossais tend à démontrer que les femmes ayant une voix très aiguë et les hommes ayant une voix grave seraient plus susceptibles d’être infidèles.

C’est en faisant écouter à une centaine de participants des enregistrements de voix masculines et féminines que les chercheurs sont parvenus à cette conclusion : lors de la sélection de notre partenaire, la hauteur de la voix influencerait la perception de la probabilité d'infidélité. En effet, les chercheurs ont constaté que les femmes croient que plus la voix d'un homme est grave, plus il est probable qu'il sera infidèle. Et inversement. Les hommes pensent qu'une femme avec une voix aigüe est plus susceptible de les tromper.

L’explication ? Les responsables seraient les hormones. Le professeur David Feinberg, qui a participé à l’étude, donne pour explication : « Les hommes avec des niveaux élevés de testostérone ont une voix plus basse et les femmes avec des niveaux d’œstrogènes plus élevés ont une voix aiguë, plus haute ». « L'infidélité est coûteuse avec un impact émotionnel, des coûts financiers et la perte potentielle de l'unité familiale. Ce qui suggère qu'à travers le processus évolutif, nous avons appris des façons d'éviter des partenaires qui peuvent être infidèles, comme mécanisme de protection », explique Jillian O'Connor, étudiante diplômée du Département de psychologie, neurosciences et comportement à l'Université McMaster et auteur principal de l'étude.

Une étude qui nous laisse sans voix !