Tendance : « coup de fouet » sur les fantasmes féminins

Inscription

Discrétion & Anonymat garantis !

Je m'inscris


Faites des rencontres extra-conjugales en toute discrétion !
Inscrivez-vous gratuitement et rejoignez les milliers de membres connectés près de chez vous !

catégorie : Actualités

Tendance : « coup de fouet » sur les fantasmes féminins

Que l'on soit friand ou pas de cette vague littéraire à succès, le « mummy porn » fait souffler un vent d'érotisme féminin dans les librairies comme dans les esprits. A l'instar de l'auteure E. L. James, précisant qu'elle ne fait que mettre ses propres pensées érotiques en récit, les femmes ont la langue qui se délie à propos de leurs fantasmes. Parce qu'elles n'hésitent plus à parler, discuter, bavarder de ces sujets brulants qui alimentent leur désir, Gleeden.com a interrogé un large panel de 1026 femmes* sur leur grammaire érotique.

Zoom sur les résultats de l'enquête


A la question « Vos fantasmes, vous avez déjà osé en parler ou c'est un sujet intime que vous gardez secrètement pour vous ? » 67% des répondantes clament qu'elles se sont déjà laissées aller à la confidence sur leur imaginaire érotique : avec leur amant (82%), entre copines (65%), avec un confident, avec leur mari / conjoint (31%), avec un spécialiste.

Les sportifs, catégorie n°1 du top 5 des typologies de fantasmes féminins
Corps d'apollon, virilité, dextérité ou encore performances héroïques, les sportifs et en particulier les footballers, rugbyman et les nageurs sont les premiers à nourrir la machine à fantasme des femmes (77%). Olivier Giroud est leur chouchou, 81% de ces dernières avouant qu'elles s'imagineraient volontiers vivre une incartade torride avec lui.

Les pratiques SM font une entrée détonante en 4ème position du classement
En seconde et troisième position caracolent respectivement les lieux insolites pour 74% des sondées puis les situations à risque (69%). A noter que les pratiques sexuelles moins conventionnelles comme la domination ou les jeux de rôles font leur entrée au classement en quatrième place: serait-ce un effet direct du phénomène 50 Shades of Grey si près de 7 répondantes sur 10 (68%) concèdent leur appétence érotique pour la domination dans des scènes où cravache, fessées et menottes viennent pimenter les ébats. Enfin, les acteurs célèbres ferment la marche remportant tout de même 58% de faveurs.

De la parole à l'action, il n'y a qu'un pas...
... 48% des femmes interrogées ont en effet déjà réalisé au moins un de leurs fantasme : avec un amant (65%), un sex-friend (61%), un inconnu, leur mari (36%) et leur ex (34%) fermant la marche.

Et les hommes dans tout ça ?
Une seconde partie de l'étude réalisée sur un panel de 982 représentants de la gent masculine révèle qu'à contrario, seuls 28% des hommes ont déjà parlé de leurs fantasmes. Ce résultat très clivant semble démontrer une fois de plus que ces derniers ressentent moins le besoin de communiquer, de partager, ou encore de se projeter à travers des mots. Pour autant, 96% d'entre eux souhaitent réaliser au moins quatre de leurs fantasmes, preuve s'il en est que ces messieurs se situent avant tout dans la représentation visuelle et dans l'action plus que dans l'expression verbale.
Cet automne, les femmes prennent plus que jamais le pouvoir sur leur désir si l'on en croit un récent sondage Gleeden : si 68% des femmes alors interrogées se disent « épanouies » dans leur couple, 67% confessent être actuellement en quête d'expériences piquantes, qu'elles soient de nature culturelle (39%), romantique (43%), ou encore sexuelle (48%).**. Pour se sentir « femme » et pas seulement « mère » ou « épouse », tout simplement.

* Enquête réalisée en ligne du 15 au 17 octobre 2012 (France, Belgique, Suisse et Luxembourg francophones), deux échantillons - 1026 femmes âgées de 25 à 54 ans et 982 hommes âgés de 26 à 54 ans. Plusieurs réponses possibles. ** Sondage réalisé du 25 au 28 septembre sur un échantillon de 1649 femmes âgées de 25 à 49 ans.