Journée mondiale contre l'homophobie

Inscription

Discrétion & Anonymat garantis !

Je m'inscris


Faites des rencontres extra-conjugales en toute discrétion !
Inscrivez-vous gratuitement et rejoignez les milliers de membres connectés près de chez vous !

catégorie : Actualités

Journée mondiale contre l'homophobie

Aujourd'hui 17 mai est organisée la journée mondiale contre l'homophobie. Gleeden s'associe à ce mouvement pour prôner un monde plus tolérant, plus ouvert, où l'homosexualité pas plus que la couleur de la peau ne devrait être au quotidien des motifs de discrimination.

En ce 17 mai 2010, nous vivons la 5ème journée organisée contre l'homophobie. N'est-il pas terrible en 2010 de devoir encore lutter contre ce genre de choses ? L'amour ne connait pas les différences, ni d'âge, ni de religion, ni de provenance géographique, alors pourquoi devrait-on aimer un "sexe" en particulier ? Mais surtout endurer brimades et discriminations pour oser aimer un homme lorsque l'on en est un et une femme quand on en est une.

La première journée de ce type a été organisée le 17 mai 2005, par l'intellectuel français Louis-Georges Tin, président du Comité IDAHO (International Day Against Homophobia), soit 15 ans jour pour jour après la suppression de l'homosexualité de la liste des maladies mentales de la Classification internationale des maladies publiée par l'Organisation mondiale de la santé, à savoir le 17 mai 1990.
Seulement 15 ans ? C'est assez terrifiant !

Le but de cette journée est de promouvoir des actions de sensibilisation et de prévention pour lutter contre l'homophobie, la lesbophobie la biphobie et la transphobie.

Dans 80 pays au moins, les actes homosexuels sont condamnés par la loi (Algérie, Sénégal, Cameroun, Ethiopie, Liban, Jordanie, Arménie, Koweït, Porto Rico, Nicaragua, Bosnie...). Parfois les textes prévoient la prison à perpétuité (Guyana, Ouganda). Dans sept pays, la peine de mort peut même être appliquée (Afghanistan, Iran, Arabie Saoudite...).
Même là où l’homosexualité ne relève pas du code pénal, les discriminations et les agressions physiques se multiplient : elles touchent encore plus les personnes transsexuelles, particulièrement exposées, et les lesbiennes, particulièrement invisibles.
Dans certains pays, la tendance est à l’amélioration, mais elle est fragile. Dans d’autres, la situation se dégrade.
En Afrique, récemment, plusieurs présidents de la république ont brutalement réaffirmé leur volonté de lutter personnellement contre ce fléau selon eux " anti-africain ".

En France, une plainte pour agression homophobe est déposée tous les trois jours, pas encore de quoi pavoiser ! Il y a donc du chemin à parcourir, notamment auprès des gouvernements et des institutions religieuses.

Pour 2010 et 2011, la campagne du Comité IDAHO se focalise d'ailleurs sur les religions : le but est d'interpeller les croyants et les responsables religieux non pas sur l'homosexualité et la transidentité, mais sur l'homophobie et sur la transphobie.

Cette journée s'inscrit dans une démarche de solidarité avec toutes les personnes lesbiennes, gaies, bi et trans (LGBT) du monde entier et finalement dans une démarche plus globale de défense des droits humains.
De la part des organisation, le message est clair : "il faut renforcer les expériences engagées, donner plus de visibilité aux tentatives futures et nous en appelons aux instances nationales et internationales afin qu’elles inscrivent cette Journée dans l’agenda officiel, à l’instar de la Journée Mondiale des Femmes ou de la Journée Mondiale de Lutte contre le Sida. La reconnaissance d’une telle Journée serait ainsi un engagement clair de la communauté internationale. Elle s’est mobilisée contre de nombreuses autres formes de discriminations et de violences sociales, mais pas encore sur ces sujets"

Sur Gleeden, nous prônons la liberté dans les relations amoureuses et sexuelles, et surtout dans le choix des partenaires, quels qu'ils soient !

Crédits photo : Homophobie.org : un site à visiter de tout urgence !