Sondage exclusif Ipsos pour Gleeden.com

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Discrétion
100% garantie

Je m'inscris


Des rencontres fiables et discrètes, en toute sécurité!
Une seule règle: 100% membre réels!
Des milliers de membres inscrits près de chez vous et dans le monde entier!

News postée le 26/11/2010, catégorie : Infos Gleeden

Sondage exclusif Ipsos pour Gleeden.com

LES EUROPEENS ET L’INFIDELITE

Combien de Français ont déjà été infidèles ou tentés de l’être ? Seraient-ils prêts à pardonner les incartades de leur conjoint ?
Selon eux, à quel moment commence l’infidélité ? *

Près de quatre Français en couple sur dix ont déjà été infidèles ou pourraient l’être (37%).

Parmi eux, 17% confessent avoir été infidèles une (7%) ou plusieurs (10%) fois. Mais le potentiel d’infidélité est quant à lui beaucoup plus important puisqu’une personne sur cinq estime que cela pourrait lui arriver (20%).

En France, plus de deux hommes sur dix (21%) avouent avoir trompé leur conjointe une (7%) ou plusieurs fois (14%). Les femmes sont un peu moins nombreuses à avoir été infidèles, ou tout au moins à l’avouer. Plus d’une femme sur dix reconnaît cependant avoir déjà trompé son partenaire (13% dont 6% plusieurs fois) et près d’une femme sur cinq (18%), si elle n’a pas cédé à la tentation, pense qu’elle pourrait le faire un jour.

La majorité des Français en couple (53%) estime qu’il est possible d’aimer son ou sa partenaire tout en lui étant infidèle.

Parmi ces Français en couple, 37% ont un avis nuancé puisqu’ils considèrent que « cela dépend des circonstances » quand 16% sont certains qu’il est possible d’aimer son/sa conjoint(e) tout en le/la trompant.

Les hommes sont légèrement plus nombreux à penser qu’un tel cumul est possible (58% dont 21% qui en sont certains) que les femmes qui sont plus partagées (48% qui le pensent néanmoins, dont 11% qui en sont certaines).

Plus d’un Français sur deux (58%) se dit capable de pardonner l’infidélité de son conjoint.
Parmi ces Français prêts à pardonner, 9% l’ont déjà fait et 14% seraient certains d’y parvenir. En revanche, 35% se disent prêts à pardonner l’infidélité de leur conjoint « sous certaines conditions » uniquement.

Les hommes seraient plus nombreux (62%) à pardonner l’infidélité de leur partenaire que les femmes (54%), pourtant ces dernières sont plus nombreuses que les hommes à déclarer qu’elles l’ont déjà fait (10% contre 8% des hommes). L’âge est un facteur différenciant considérable, dans la mesure où les plus de 35 ans sont 61% à envisager de pardonner, alors que les plus jeunes ont vraisemblablement une vision plus idéalisée du couple et sont « seulement » 48% à se dire capables d’accorder leur pardon.

*Pour répondre notamment à ces questions, 1501 Européens mariés ou en couple dont 500 Français constituant un échantillon représentatif de la population française des personnes mariées ou en couple âgée de 18 ans et plus (méthode des quotas: sexe, âge, profession du chef de famille, région et catégorie d’agglomération), ont été interrogés par internet du 19 au 25 octobre 2010.