Tromper au travail : une bonne idée ?

Inscription

Discrétion & Anonymat garantis !

Je m'inscris


Faites des rencontres extra-conjugales en toute discrétion !
Inscrivez-vous gratuitement et rejoignez les milliers de membres connectés près de chez vous !

catégorie : Actualités

Tromper au travail : une bonne idée ?

C’est une chose connue : nous passons beaucoup plus de temps avec nos collègues qu’avec nos conjoint(e)s, et le lieu de travail constitue l’un des terrains de jeu privilégié des infidèles. Pour autant que les relations professionnelles soient optimales, et que votre collègue soit séduisant(e), difficile de ne pas céder à la tentation ! Mais attention : certaines précautions sont de mise !

Certains ont érigé l’expression franglaise no zob in job au rang de commandement. Pourtant, le jeune cadre fraîchement recruté qui vous fait des avances, ou la secrétaire du patron aux hanches serrées dans son tailleur jupe vous obsèdent. Vous avez timidement engagé la conversation, vous avez pris un café ensemble pendant la pause, déjeuné à la cantine de l’entreprise, puis au restaurant avec d’autres collègues. Dernier rapprochement en date : elle a accepté votre invitation sur Facebook. Ça n’a l’air de rien, mais ça fournit des informations très perso : vous savez si la personne est en couple, si elle a des enfants, où elle passe ses vacances… Vous vous découvrez des intérêts communs. Elle rit à vos blagues, il se montre prévenant… Attention, vous êtes prêt(e) à sauter le pas. L’étape suivante, ce sera certainement le message privé sur le réseau, ou la petite phrase perso en conclusion d’un mail pro. Vous le savez : derrière l’écran, on ose, un peu plus que dans le monde réel…

A vous de décider : soit vous cédez à vos pulsions, soit vous les sublimez pour enrichir votre relation professionnelle. Le problème, c’est que la deuxième option vous semble compliquée.

Une fois la règle du no zob in job transgressée, une autre s’impose, gravée dans le marbre : ne laissez rien paraître de votre liaison sur votre lieu de travail. N’en parlez à personne, même à votre plus proche collègue/super copine/confidente/ sexologue. La nature humaine est souvent mesquine, et la jalousie très courante, surtout au boulot ! Les mauvaises langues peuvent transformer un simple déjeuner à l’extérieur avec un collègue en rodéo classé X dans les toilettes ! Préservez votre poste, et, même si la passion vous fait perdre la tête, faites de votre mieux pour ne rien laisser paraître.

Au fait : attention à vos mails internes, ne postez pas la photo prouvant qu’aujourd’hui, vous ne portez pas de culotte, sur la boite pro de votre amant. Son boss est peut être à côté de lui. Préférez les SMS.

S’il vous appelle dix fois par jour, ne sortez pas de votre bureau pour lui répondre dans le couloir. Ça risque de jaser chez Radio Moquette !

Maintenant, examinons les modalités pratiques de ce type de liaison.

Quand ?

Variez vos horaires de rendez-vous. L’heure du déjeuner est aussi celle des amants, mais si vos collègues s’aperçoivent que vous désertez la cafétéria tous les jours, ils vont vite se douter de quelque chose. Dites à votre officiel(le) que vous avez une surcharge de travail, et arrivez un peu plus tôt au bureau. Il est grisant de faire l’amour à la va-vite dans des locaux déserts. Pensez quand même à vous isoler dans des locaux fermant à clé. Le 5 à 7, la tranche horaire des amants officiels, est un créneau parfois difficile à libérer (tâches en retard, réunions imprévues).

Où ?

L’hôtel
Si votre lieu de travail est situé en ville, choisissez un hôtel pas trop proche. Si vous habitez en province, optez pour une ville voisine. N’oubliez pas de réserver, et précisez qu’il s’agit d’une chambre pour un « rendez-vous » d’une heure ou deux. Les hôtels proposant le day use sont de plus en plus nombreux. Si vous ne roulez pas sur l’or, optez pour les hôtels économiques (Formule 1, B and B…). Tant pis pour le romantisme et l’intimité : l’épaisseur des murs peut vous faire profiter des ébats de vos voisins de chambre ! Mais après tout, ça peut être excitant ! Enfin, n’oubliez pas le b.a. ba de l’infidèle: réglez toujours la note en espèces.

Le club, ou le sauna libertin
Certains d’entre eux sont ouverts en journée et proposent des chambres fermant à clé. L’entrée est souvent moins chère qu’une chambre d’hôtel, et une consommation est comprise ! Les préservatifs sont fournis à discrétion. On peut également y prendre une douche. Qui dit mieux ?

La voiture
La voiture peut se révéler agréable pour des ébats discrets, notamment dans un parking souterrain. Si vous optez pour celui de votre entreprise, faites attention aux caméras. Repérez bien les angles morts. Pour les précautions à prendre dans la voiture, je vous renvoie à mon précédent article sur la question.

Le club de gym
Vous êtes inscrit(e) à un club de gym, c’est parfait pour votre forme, mais c’est aussi très pratique pour prendre une douche après le bureau. Si vous avez fauté dans les toilettes à l’heure du déjeuner, vous serez frais en rentrant chez vous ! Prévoyez des sous-vêtements de rechange. Attention au parfum de votre amant(e), tenace sur les tissus !

A éviter :

Chez un ami
Si l’un de vos amis, ou un collègue sympa, n’habite pas trop loin de votre lieu de travail, résistez à la tentation de lui demander les clés de son appartement. Cette complicité un peu forcée le placerait dans une situation délicate, surtout s’il connaît votre officiel(le).

Chez soi
Votre officiel(le) travaille et la maison est déserte pendant la journée ? Je vous vois venir… Non et non, ce n’est pas une bonne idée ! Ce n’est pas parce que vous entretenez une liaison que vous ne devez pas respecter votre couple et votre foyer. Un infidèle aguerri ne mêle jamais vie de couple et histoires de fesses !

Tromper pour réussir ?

Pour finir cet article sur une note polémique, poussons l’immoralité jusqu’au bout, et envisageons l’infidélité sous l’angle de la promotion professionnelle. Oui, c’est tentant. Mais c’est moche. En plus, cette stratégie n’est pas exempte de risques. Il importe de bien choisir sa cible. Un(e) dirigeant(e) qui couche avec un(e) employé(e) bouleverse les rapports hiérarchiques, et peut subir des pressions. Prenez garde à l’accusation de harcèlement que l’on dégaine facilement, par les temps qui courent… Si vous occupez un poste subalterne, vous passerez pour une personne qui couche facilement (pour rester poli), ou pour un(e) arriviste. Vous risquez fort de vous discréditer auprès de la hiérarchie. On vous aura prévenu !

Last but not least : bien mener une relation adultère, c’est aussi savoir l’achever. Pas facile, si vous continuez à travailler avec votre collègue/amant(e). Les souvenirs de vos ébats vous reviendront souvent… Pourrez-vous repartir sur d’autres bases, strictement professionnelles ? Posez-vous la question avant même d’amorcer la relation !

160609_pierre-des-esseintes.jpg?1